retraite 

paroles d'expert

Retraite

L'investissement immobilier pour une retraite en béton

10/01/2013

Une retraite béton passe quasi inéluctablement par la case pierre... Résidence principale, investissement locatif, ancien ou neuf, meublé ou vide, logement, parking, pierre-papier : vous avez l'embarras du choix !

Priorité résidence principale, mais pas à tout prix
Acheter son chez-soi pour économiser le loyer à la retraite : idéal pour anticiper une future baisse de revenus. D'autant que vous pourrez profiter tout de suite de votre home sweet home et transmettre ce patrimoine à vos enfants. Encore faut-il obtenir un prêt, puis avoir les moyens de le rembourser et de payer travaux d'entretien, réparations et autres charges.
D'un point de vue strictement financier, le calcul n'est toutefois pas toujours gagnant, surtout si l'immobilier à est très cher là où vous vivez et que votre loyer actuel est modeste.

Aurélie Blondel
Si vous n'êtes pas viscéralement attaché à l'idée de posséder votre logement, il n'est pas inutile de faire quelques calculs pour savoir si vous n'auriez pas plutôt intérêt à acheter pour louer. L'intérêt : pouvoir choisir le lieu et investir là où les rendements sont plus élevés.

Investissement locatif : que choisir ?
Acheter un bien pour le louer permet de préparer un complément pour votre pension, sous forme de loyers. Le bon moment ? Avant 45/50 ans, pour avoir le temps de rembourser le prêt avant la retraite. Même si vous avez les moyens de payer cash, sachez qu'il est souvent plus avantageux de financer votre investissement en partie à crédit : vous pourrez déduire les intérêts d'emprunt des loyers touchés et économiser en impôts.
En général, l'ancien offre de meilleures perspectives de rendement que le neuf. Tout comme le meublé offre en moyenne de meilleurs rendements que le non-meublé, même en prenant en compte le fait que les locataires restent moins longtemps et qu'il faut équiper le logement. Autre avantage du meublé : en plus de déduire des loyers les intérêts du prêt, vous pouvez déduire l'amortissement, et ainsi ne pas être imposé sur vos loyers pendant de longues années. Si vous voulez éviter les soucis de gestion, regardez du côté des résidences de services, pour séniors par exemple. Attention dans tous les cas à bien choisir votre bien et son emplacement, non en fonction des carottes fiscales mais de sa probabilité d'être loué, au prix escompté.

Des alternatives plus accessibles
Si vous ne pouvez obtenir un prêt suffisant pour un logement ou que l'effort d'épargne pour rembourser le crédit est au-dessus de vos moyens, pensez peut-être aux parkings - on en trouve à partir de quelques milliers d'euros en province et de 10 000 Euros à Paris, environ. Là encore, la clé d'un investissement réussi et de sélectionner l'emplacement avec soin ! Autre possibilité : la pierre-papier. Les SCPI, sociétés civiles de placement immobilier, achètent des biens immobiliers pour les louer. Si vous acquérez des parts - une coûte généralement quelques centaines à quelques milliers d'euros - vous toucherez votre part de loyer. Avantages : les SCPI vous épargnent les soucis de gestion, leurs rendements sont attractifs (5,16 % en moyenne en 2011), vous pouvez là aussi profiter de l'effet de levier du crédit et elles permettent de se constituer un patrimoine diversifié, comme elles possèdent plusieurs biens.
Attention, ce placement présente les mêmes limites que tout investissement immobilier : il est peu liquide, doit être envisagé au moins à moyen terme pour amortir les frais et ni le capital ni les rendements ne sont garantis.

article suivant article précédent |

les autres articles du dossier
 

les réactions à l'article

voir mon journal de réactions aide
Il n'y a pas encore de réaction.
à la une
diaporama
Impôts, les nouveautés pour 2014
newsletter finance
ok
publicité
cours différés d´au moins 15mn. CAC 40 en temps réel - © 2005-2012. Orange
Please observe the terms and conditions and disclaimer : implemented and powered by Interactive Data Managed Solutions.